Avec le soutien d’Europe Créative… #1 Less is More – Le Groupe Ouest

Le Groupe Ouest a répondu aux questions du Relais Culture Europe sur son programme de formation Less is More et sur le soutien que lui apporte le programme MEDIA. Cette interview marque le début de notre série "Avec le soutien d'Europe Créative..." dont l'objectif est de faire découvrir les projets soutenus par le programme et de mieux comprendre l'apport d'Europe Créative à travers le retour d'expérience des bénéficiaires.

 

Pouvez-vous nous raconter les origines du Groupe Ouest ?

Le Groupe Ouest est né de la volonté de son fondateur Antoine Le Bos de construire en bord de mer (et en Finistère de préférence) un lieu dédié à l’écriture pour le cinéma indépendant et plus globalement pour l’écriture de fiction. Il était selon lui nécessaire d’installer un tel lieu à l’écart du monde urbain, loin de Paris en l’occurrence, un lieu qui puisse devenir une sorte de paradis pour les auteurs.

Le Groupe Ouest décide de s’ancrer à Plounéour-Trez, dans le Finistère. Et si un tel projet a pu voir le jour en 2006 en tant qu’association loi 1901, c’est grâce à un important soutien politique et économique local.

Depuis 2012 c’est dans un hangar à échalotes restauré que l’équipe de 10 salariés évolue au contact des auteurs en résidence. En 11 ans d’existence, c’est plus de 600 auteurs que le Groupe Ouest a accueillis et accompagnés.

Face au nombre croissant de candidatures, notamment pour la Sélection Annuelle (20 candidatures en 2008, presque 300 en 2017), le Groupe Ouest se dote d’un organisme de formation en 2012 dans le but de répondre à cette demande exponentielle (près de 1000 candidatures par an tous appels à projets confondus). Groupe Ouest Développement propose différentes formations : pré-écriture, court-métrage, série, dramaturgie et documentaire… Parallèlement aux dispositifs francophones, le Groupe Ouest prend part à différents programmes internationaux comme le TorinoFilmLab, ou encore le Cross Channel Film Lab ou LIM – Less Is More, dont il est à l’origine dans les deux cas.

Enfin, depuis 2014 le Breizh Film Fund – fonds de dotation du Groupe Ouest sur la base du mécénat – soutient la fabrication de films en Bretagne.

 

Vous proposez aujourd’hui des résidences dans le cadre de votre Sélection Annuelle, de sessions de développement et du programme Less Is More. Toutes ces formations d’écriture trouvent un socle commun dans votre proposition d’accompagnement d’auteur et de développement des scénarios. Accepteriez-vous de nous en dire un peu plus sur la méthode « Groupe Ouest » ?

Dans le cadre de la Sélection Annuelle, des sessions de Groupe Ouest Développement, ou encore du programme européen LIM, toutes les sessions reposent sur une organisation et une méthodologie bien ficelées.

Chaque groupe de travail est constituée de 8 auteurs, le travail repose sur une alternance entre dynamique de groupe, travail en sous-groupe, débriefing et temps d’écriture individuel. Les auteurs viennent chacun avec leur projet, mais tous réagissent, conseillent et font avancer les projets des autres. Le groupe est suivi par 2 consultants-scénaristes aguerris et expérimentés qui apportent chacun un regard, une analyse, des pistes et conseils différents tout en s’adaptant au caractère unique de l’auteur et du projet, ceci dans l’idée d’échapper au regard unique.

Au Groupe Ouest, on a la conviction qu’un scénario convaincant est un scénario dont la dramaturgie est construite avec une véritable solidité architecturale, au service du propos. Et au service de cette architecture : le « Raconte-Moi », un outil qui oblige l’auteur à se ressaisir de l’oralité comme outil de construction et de transmission. Il s’agit de tenter de transmettre son histoire, à voix haute, en un temps restreint, autant de fois que nécessaire à l’obtention d’une véritable force de propulsion ; l’objectif étant de mettre en lumière les grands axes et mouvements du scénario, mais aussi le pourquoi de cette histoire, son cœur thématique. Au Groupe Ouest, il n’y a pas de recette préétablie mais un accompagnement individualisé en collectif.

 

En un peu plus de 10 ans, depuis Plounéour-Brignogan-Plages, en Bretagne, vous avez développé un réseau à la fois local et européen. Quelle est votre stratégie de coopération à l’échelle européenne ?

Très tôt, le Groupe Ouest a eu l’ambition de développer ses activités et projets à l’échelle européenne et internationale parce qu’il semble essentiel de confronter les cinéastes au reste du monde, d’appréhender d’autres langues et cultures, de bousculer ses habitudes afin d’enrichir l’imaginaire, la création et les récits. Depuis 2008, le Groupe Ouest a pris part à 14 projets internationaux, dont 6 en tant que chef de file.

Ce passage du local à l’international s’est fait directement, en contournant l’écueil de la centralisation française. En cela, le Groupe Ouest a été reconnu comme entité capable de porter et mener à bien des projets d’envergure européenne. Le rayonnement international du Groupe Ouest, d’abord initié en 2012 par le Cross Channel Film Lab en lien avec les nouvelles technologies, est incarné depuis 2017 par le programme LIM-Less Is More pour le cinéma à budget limité.

 

La première promotion de Less Is More – formation soutenue par le programme MEDIA – a terminé son parcours début octobre à Plounéour, après des sessions en Roumanie et en Belgique. Pouvez-vous nous présenter rapidement cette formation ? Êtes-vous satisfaits par cette première expérience ?

LIM, pour Less Is More, est un projet porté par le Groupe Ouest et développé en partenariat avec CTRL N (Roumanie), le VAF (Fond Audiovisuel de Flandre, Belgique), le Krakow Festival Office (Pologne) et le Transilvania International Film Festival (TIFF, Roumanie)

Comme l’acronyme l’indique, Less Is More a pour objectif d’aider les scénaristes à prendre en compte dès l’écriture de leur scénario les contraintes budgétaires auxquelles ils feront face en phase de production. Il faut noter que lorsqu’on parle de budget limité, on ne parle pas en terme comptable puisqu’évidemment les conditions économiques sont variables d’un pays à l’autre. L’idée est de pouvoir écrire un film qui sera réalisé avec peu de moyen, sans en appauvrir le sens, la force et les ambitions.

Dans le cadre de Less Is More le travail est développé sur 8 mois. Trois sessions de travail d’une semaine en résidentiel en 2017 – en Belgique en mars, en Roumanie en juin et en France en octobre – sont renforcées par des sessions en ligne entre l’auteur et son consultant référent entre chaque session.

Au milieu de la seconde session, les auteurs ont pu faire une présentation de leur travail en cours d’écriture, lors du Transilvania International Film Festival (TIFF) devant un ensemble de producteurs et distributeurs internationaux. L’objectif de cette rencontre étant de stimuler la faisabilité des films grâce à des productions ou co-productions européennes.

Ce sont 16 projets de premier long métrage (dont 2 co-écrits) qui ont été accompagnés en 2017. De plus, 4 producteurs européens émergents ont intégré le programme en tant que story-editors pour renforcer leur capacité à comprendre les enjeux de l’écriture et à accompagner et développer des projets à budget limité.

Ainsi les 20 participants sont divisés en 4 groupes (4 auteurs + 1 producteur) avec pour chacun un consultant référent. Pour préserver le travail de qualité réalisé en petit groupe et toujours dans cet intérêt de regards croisés, le travail en collectif se limitait à réunir deux groupes. Mais à chaque session les binômes de consultants étaient inter-changés pour que tous les auteurs puissent bénéficier de l’apport des 3 autres consultants en plus de leur consultant référent.

Pour cette première édition 2017, c’est 290 candidatures du monde entier qui ont été reçues car MEDIA autorise 20% de candidats non-européens. Les retours sur expérience des auteurs sélectionnés sont incroyablement positifs et plus qu’encourageants. Les films passés à LIM pour beaucoup vont se faire, déjà 3 projets entrent en production en 2018, et le mouvement devrait s’accélérer, compte-tenu de l’enthousiasme que génère la démarche vis-à-vis des producteurs et des financeurs et distributeurs…

 

Vous terminez la sélection pour la seconde promotion de Less Is More. Comment sont sélectionnés les projets ? Sur quels critères ?

L’appel à projets est clos depuis le 5 novembre 2017 et c’est 322 candidatures que nous avons reçus – toujours pour 16 places disponibles – de 62 pays différents (Europe, Inde, Népal, Bhoutan…)

Un jury de 14 lecteurs européens procède d’abord à une pré-sélection de 50 projets, et c’est un jury final différent qui se réunira mi-janvier 2018 pour sélectionner les 16 projets.

L’appel à projet est ouvert pour les 1er, 2e ou 3e long métrage mais également aux auteurs venant du théâtre, du documentaire et des arts visuels. Il est demandé que le projet soit plutôt dans une étape précoce de développement car il est plus difficile de restructurer un travail déjà très écrit. La sélection se fait bien évidemment sur l’histoire, mais le genre du film, le pays de l’auteur, l’expérience et les motivations sont également pris en compte. Lors de la sélection finale, on essaie au maximum de tendre vers une parité femme/homme.

Cette année 2018 nous avons fait le choix de dissocier l’appel à projets pour les auteurs/réalisateurs de l’appel à candidatures pour les producteurs. L’appel à producteurs est ouvert jusqu’au 20 décembre 2017 et concerne également les personnes en charge du développement et les story-editors. La sélection repose simplement sur leur filmographie et leurs motivations. 12 producteurs seront sélectionnés et divisés en 3 groupes. Ils seront ainsi associés à un groupe d’auteur (4 projets), les binômes de groupe producteurs/auteurs seront inter changés à chaque workshop. Antoine Le Bos, directeur artistique de LIM, les accompagnera tout particulièrement pour renforcer leur capacité à développer des projets à budget limité.

 

Que représente pour vous le soutien du programme MEDIA ?

Le Groupe Ouest est soutenu par MEDIA depuis 2015, ce soutien apporte une vraie reconnaissance à notre savoir-faire, et ce soutien européen assoit et développe notre visibilité et crédibilité à l’échelle régionale et nationale. Le soutien de MEDIA est souvent gage de qualité et de visibilité, ce qui attire de nouveaux partenaires ou financeurs. De même, le réseau MEDIA Desk nous permet de diffuser à grande échelle nos appels à projets.

Concernant Less Is More, de nouveaux pays sont intéressés par le fait d’entrer dans l’aventure dès 2018 ou pour le prochain cycle de 3 ans. Par ailleurs Canal+ serait intéressé d’y prendre part pour participer à cette expérimentation.

Autre aspect, et pas des moindres, le soutien financier apporté par MEDIA est plus qu’essentiel car sans cela LIM n’aurait tout simplement pas pu démarrer dans cette dynamique pan-européenne, avec une telle ampleur. Or LIM est selon nous un projet nécessaire, pour l’avenir d’un cinéma européen indépendant percutant, libre et humaniste.